Pensécrire – Accueil


Création

Pour une direction artistique, tu fais sens.
Jamais tu ne te verses dans l’inter-diction.
« Droit dans le mille », tu es expression.
Nous tirant du néant, tu panses.

Ô, toi création !

Point.

Subjuguer gala à Venise notre satisfaction.
Causalité de l’instant : « t’es dans le jeu ».
Fulgurant et spécifique, quand le je se mondialise : tu. Tue le je.
Créateur est ton salut humain sans idole,
et voir gondole prosaïque gonfler et ni rythmique.

En effet, tu es une propension du libre.

Et pourtant, la liberté ne doit pas arriver à point nommé, il faut décliner la tardive maturité.
Le vécu culmine et toi de toute part tu t’achèves.
Pourquoi tant d’années entre toi et je ?
Pour t’élever ; à la fois te construire pour grandir et exister.
Quel mouvement du libre ? Aspiration il y eut. Expiration.
Plutôt tu feras, plus tu seras tôt. Ne te dispense pas du terrestre.

Créer est ainsi pour dire ce qui nous concrétise.
Nous fixe par nous même au Sol.
Note, que ta musique est un dessein et te vibre au réel.
Légers dans l’âme, en extension.

De là, de ton point fixe, tu véhicules.
Autant toi que toi faisant. Fais donc.
Ne cesse d’être législateur. La seule loi naturelle est tienne.
Point levé, engagé, ou mains gondolées propices à ton zéphyr.

Que tiens-tu si tu n’as ni marteau, ni pinceau ?

Signe.
Le blanc des ondes a des répercussions jusque dans le temps ancien.
L’éveil antique éclot de l’art créateur, nul regret puisque tu tiens ton corps dansant.
La mélancolie devient étrangement douce,
Car non pas elle te ramène,
Mais continue de te conduire.

Contre toute vacuité, tu fais sens.

Pour une direction artistique.