Philosophie

Confusion

Confusion :

est un état où les entités mentales (pensées : représentations, rêves, projections, désirs, peurs, formulations, conscience…) ne peuvent s’isoler par la seule force de la volonté, car elles sont conditionnées par l’environnement présent, par notre vécu, notre être (caractère, dispositions, intellect, génétique, morale, éducation…). Cet état de confusion génère une impression de fausseté, de mélange voire de chaos, d’angoisse à cause de la perte possible de sens. C’est en clair un trouble obscur formulé par : “je suis confus” (expérience émotionnelle) ; “je n’y comprends rien” (expérience rationnelle) ; “je ne sais pas comment y arriver ” (expérience factuelle) ; * fronce les sourcils * (absence de formulation vocale).

Derrière cette impression se cache en réalité l’effet “brouillon” de nos actes cérébraux qui sont plus complexes et que nous avons peine à maîtriser. Maîtriser l‘émotion, la vivacité, la délibération, le nouveau, le surprenant, l’accumulation de choses… etc tout cela en même temps n’est pas chose aisée. La confusion n’est pas un état mental que l’on pratique (au contraire de la méditation par exemple) car c’est un événement que l’on subit le plus souvent.

______________________________

La confusion est un terme essentiel dans mes écrits, il est d’ailleurs le titre de mon ouvrage numérique (Confusions). Je place la confusion non pas comme un principe moteur du monde ou des actions des hommes, mais comme un fait mondial qui est à combattre car il empêche de se réaliser, il est l’obstacle de l’éveil des adultes.

Cette barrière, cet état de confusion, empêche la plupart des gens à se réaliser. Imaginez maintenant que vous n’êtes pas sur de ce que vous voulez, qu’hier ou demain vous apporte respectivement regret et angoisse. C’est sur ce gens d’arrière-plan cérébral (la confusion) que l’on a bâti nos sociétés. La société des hommes, de chaque individu ne leur ressemble donc pas. Nous vivons en effet dans des sociétés médiocres (c’est-à-dire des sociétés qui permettent de nous détacher du sentiment d’existence), aujourd’hui comme avant. Ce que nous bâtissons ensemble, nous le partageons au plus grand nombre, nous partageons nos plus grandes faiblesses afin de diviser leur fardeau parmi nos semblables. Ainsi, nos sociétés nous plient vers cette médiocrité et ne nous le font pas oublier (société de peurs, individualiste, de consommation, de stress, d’auto-destruction… etc, toutes les critiques globales des sociétés devenues des stéréotypes ont, selon moi, un facteur commun qui est la confusion.)

La philosophie est tout indiquée pour contrecarrer cet effet de confusion. Je ne vous dirigerai pas vers une philosophie de vie car cela dépend de vous, vous êtes singulier. Je peux néanmoins citer quelques doctrines “philosophiques” :

Stoïcisme
Nihilisme
Bouddhisme
Épicurisme
Sport/Art-Martial (Yoga, Kung Fu, Pilates, Tai Chi)

Comme je l’ai dit la confusion est un fait général, et un facteur générant de “mauvaises sociétés”. La confusion se résout de manière globale, car ce qui crée cet état de confusion dans chacune de nos têtes, c’est au départ le monde des hommes, les faits sociaux (la société, la famille, l’éducation, les amis, les générations, les coutumes, les mœurs…). Pour ne pas tomber dans ces troubles personnels, il faut une structure politique mondiale des sociétés (non pas des cultures!) qui soit bonne en soi.

La philosophie politique est le sous-bassement d’une véritable politique, ce qu’on appellerait démocratie républicaine sans abus de langage comme c’est le cas aujourd’hui. Toute la tension de ma pensée réside dans la construction d’une philosophie politique qui garantit le bien commun, et fasse des citoyens médiocres que nous sommes des femmes et des hommes éveillés, et donc capable du meilleur. La fin, le but de ma pensée n’est donc pas d’instaurer un système politique, mais que chacun s’accomplisse avec ce qu’il est, et ceci se fait avec des fondements politiques. Rien n’est plus important que de s’accomplir, la politique est seulement le moyen mettant à bas nos obstacles communs.

Termes allant à l’encontre de la confusion : Ataraxie

Article en lien : Confusions ; Confusion (versifié) ; Deux mots

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.